Le conférencier s'est plu à rappeler les grandes étapes de sa vie, et surtout l'amitié qui le liait aux autres réformateurs actifs en Suisse romande, Jean Calvin et Guillaume Farel (tous deux Français d'origine). Le second, pour la petite histoire, a commencé par prêcher à Aigle dont il a fait la première paroisse réformée de langue française de ce qui deviendra plus tard la Suisse romande.

 

 

Viret a pris part à la dispute de Lausanne, cet affrontement entre docteurs des deux religions, et qui avait pour but de découvrir et déclarer vainqueur la «vraie foi». A Lausanne, l'issue ne relevait pas vraiment du suspense puisque les protestants alignaient des champions de poids (comme Viret et Farel) face à des représentants catholiques  moins bien armés, et cela dans un pays qui venait d'être conquis par les Bernois, réformés convaincus.

 

 

 

Si, pour notre conférencier, l'actualité de Pierre Viret ne fait aucun doute, on peut toutefois se demander quel aurait été son message aujourd'hui dans un temps où les religions traditionnelles sont nettement en perte de vitesse et où rares sont ceux qui se posent encore des questions sur la transsubstantiation et consubstantiation (présence ou non du Christ dans la Sainte-Cène).

 

 

Mais il ne faut pas oublier que de telles questions ont mis l'Europe à feu et à sang pendant plusieurs siècles. Par ailleurs, les réformateurs actifs en Suisse romande, Calvin, Guillaume Farel, Pierre Viret, ont laissé une empreinte qui se fait sentir encore aujourd'hui. Plusieurs événements vont marquer cette année 2011, 500e anniversaire de la naissance de Pierret Viret. Pour tout renseignement: www.pierreviret.com et, pour le spectacle lié à cet anniversaire: www.pierreviret-500-anniversaire.ch.