Grégory Devaud, syndic d’AigleLe 14 ème Syndic de la commune d’Aigle s’appelle Grégory Devaud. Il a été élu à ce poste le 16 mai. Le Point Chablais a recueilli ses impressions quelques heures après son élection.

À l’annonce de votre victoire, à qui ou à quoi avez-vous pensé en premier lieu ?

« À mon collègue Jean-Luc Duroux. Il y a toujours un premier et un second. Comme dans le sport, on doit penser à son adversaire ou à son collègue et ce n’était pas un passage forcément facile pour lui. Donc, j’ai eu un sentiment de compassion et de remerciement à son égard. Et, puis, à la famille, aux camarades de parti ainsi qu’à la population d’Aigle. Je remercie spécialement celle-ci. Je leur adresse un message de reconnaissance par rapport à cette période électorale qui a été très éprouvante. Mais aussi pour leur dire qu’on a pris acte de ce choix très serré. Ainsi que de leur volonté de changement et celle d’avoir une Municipalité plus équilibrée. »

Un PLR qui part, un PLR qui vient. Bref, rien ne change à Aigle, le statu quo demeure. Êtes-vous d’accord avec cela ?

« Non. Pas du tout. Je pense d’ailleurs qu’une étiquette de parti est là, parce que ça fonctionne ainsi. Mais, je l’ai dit tout au long de la campagne : c’est une nouvelle équipe municipale qui est plus diversifiée et plus colorée, si j’ose dire, avec plusieurs composantes représentées et deux nouveaux élus. Ils apportent cette fraîcheur et ce côté plus large des courants de pensées représentés à la Municipalité. Ce n’est pas une question de parti mais plutôt une question de volonté pour la suite et puis c’est aussi une question de personne. Si d’aucuns peuvent penser que Grégory Devaud est le fils spirituel de Frédéric Borloz, et avec tout le respect que j’ai pour lui, ce n’est pas le cas. On est d’accord sur plusieurs choses mais il y a aussi des éléments où l’on est conscient lui et moi qu’elles doivent évoluer et changer. Et je pense que l’on a entendu que la population d’Aigle voulait du changement dans la manière de gouverner. »

Quel type de syndic serez-vous ?

« J’ai une conception très inclusive de la gouvernance. Il faut valoriser les personnes autour de soi. Être un leader, pour moi, c’est vraiment la volonté d’être avec les équipes, que ce soit avec les autorités comme la Municipalité, le Conseil communal, mais aussi le personnel communal. Et puis d’être vraiment le représentant et le porteur de tous leurs projets. »

Une majorité au Conseil communal, idem à la Municipalité, votre mandat promet d’être un long fleuve tranquille.

« Rires. Désormais, la Municipalité sera composée de 4 mouvements différents avec un indépendant, une Alternative, un Socialiste et deux PLR, il n’y a donc pas de majorité identifiée puisque M. Duroux représente une démarche citoyenne. Ce sera vraiment important de travailler ensemble. Pareil pour l’exemple du Conseil communal. Si l’on prend le cas du PLR, c’est 28 membres sur 70. Ce n’est donc pas une majorité. Ce qui est important est d’être une force de proposition non pas en se comptant, mais plutôt en cherchant à avoir une très grande majorité voire une unanimité pour des projets qui seront peut-être parfois des compromis mais qui se doivent d’être rassembleurs et avec une grande acceptabilité. »

Plusieurs nationalités étrangères vivent dans le quartier de la Planchette. Irez-vous faire un tour du côté de ce quartier ?

« Oui. Cela a d’ailleurs été fait pendant cette campagne électorale. Cette élection est aussi une élection des communautés étrangères qui se sont très largement mobilisées, on le sait et c’est aussi une élection de la jeunesse. »

Ces communautés étrangères ont-elles voté pour vous ?

« Le résultat fait que cela a été en ma faveur. Mais, je sais qu’il y a eu un gros travail en faveur de M. Duroux également. Dans tous les cas, globalement, une mobilisation des communautés étrangères pour voter est une bonne chose. On a d’ailleurs enregistré dans les résultats plus de 600 nouvelles voix supplémentaires entre le premier et le deuxième tour. Oui, je pense que l’on doit avoir une attention particulière pour ces communautés, et dans le secteur de la Planchette en particulier. Plus de la moitié des habitants d’Aigle sont dans ce secteur-là. C’est vraiment là où il faut que l’on mette au programme une plus grande présence politique et une plus grande attention. »

Le score a été serré aussi bien au premier qu’au second tour. Le plébiscite n’a donc pas été au rendez-vous pour vous. Déçu ?

« Bien-sûr que ce n’est pas un plébiscite. Je pense qu’il faut être conscient de ce résultat très serré. Je ne vais pas dire que je suis déçu puisque je suis élu, mais l’on doit surtout être attentif qu’une grande partie de la population aiglonne a voté pour M. Duroux. Pourquoi ? Comment ? J’ai envie de dire : c’est égal aujourd’hui. Il s’agit d’aller de l’avant et être respectueux de ce choix et de l’ensemble des citoyennes et des citoyens quoiqu’il en soit. »

 

PARTENAIRES

   avatar a86d294509cb 48   WWW.NOUVELLES-SPORTIVES.CH     Naturasoins Horizontal1    SportChablais Medium