Je suis mais qui suis-je?
A Gagner :

2 entrées (valeur 50 francs) pour l’Escape Room du Château d’Aigle pour vivre l’aventure de la légende de la sorcière

 

Je suis un oiseau, un cousin du pigeon, découvert au XVIe siècle sur une île colonisée successivement par des hommes provenant de contrées diverses. La légende raconte que ce sont les vents de l’est qui auraient permis à ces vertébrés de découvrir notre paradis. Mais on y reviendra plus tard…

Un paradis, oui… Je vous le dis ! Il n’y a pas d’autre mot. Un endroit sûr, bordé par l’océan indien. On y trouvait de la nourriture à foison ; il y en avait tellement, qu’en effet nous avons très légèrement grossi. Enfin… par très légèrement, j’entends quelques kilos. Comprenez ce que vous voulez, de notre côté nous n’avons pas compté les calories.

On a donc grossi et grandi. Puis, finalement, nos ailes sont devenues parfaitement inutiles, ne nous permettant plus de nous envoler. Mais à quoi bon ; par chez nous, personne ne nous voulait de mal. Enfin… avant l’arrivée d’une espèce appelée l’homme. 

Nous aurions peut-être dû être plus méfiants. Mais nous n’imaginions pas le sort que nous réservaient ces hommes. Affamés eux aussi, ils n’ont pas mis long avant de nous chasser. Ils ne trouvaient pourtant pas notre viande goûteuse, mais nous étions des proies faciles.

Puis, ils ont colonisé notre paradis. Ils y ont importé diverses espèces tels des chiens et des chats qui sont rapidement devenus de redoutables prédateurs. Il aura fallu seulement un siècle avant que nous disparaissions totalement.

Et comme si notre disparition ne suffisait pas, on nous a carrément affublés de noms particulièrement cruels. Nous avons rapidement été considérés comme des oiseaux fous et stupides. Ces hommes avaient certainement raison. On n’a pas inventé l’eau chaude.

Pendant longtemps nous n’étions rien de plus qu’une légende. Puis notre histoire a finalement été révélée à travers le temps. Aujourd’hui, une poignée de scientifiques espèrent nous faire revivre. Mais cela suffirait-il seulement à nous faire oublier tout le mal que l’on nous a fait ?

Il serait sans doute préférable que nous poursuivions notre chemin au travers des légendes. Nous continuons de vivre dans les films, les séries et même les jeux. Une chose ne changera toutefois jamais : nous serons toujours considérés comme une espèce stupide. Mais qui est le plus stupide ? Celui qui ne se méfie de personne ou celui qui tue par facilité ?

 


Texte: Z. Gallarotti

Délai réponse: 31 juillet 2019

Anti-Spam:

Répondez à la question ci-dessous.

Powered by ChronoForms - ChronoEngine.com

 

PARTENAIRES

 logo bleu safran presse 1    avatar a86d294509cb 48   WWW.NOUVELLES-SPORTIVES.CH     Naturasoins Horizontal1    SportChablais Medium